Description
Les personnes qui recourent à des aides humaines pour mener leur vie et les signataires de cette pétition exigent le retrait définitif du document dénommé «Guide d’appui PCH aides humaines» et du mode de calcul des besoins qu'il génère. Évaluations déshumanisantes, remise en question du droit à une vie autonome, etc.
Ce document présenté comme une expérimentation limitée s’avère aujourd’hui être appliqué et donne lieu à des évaluations déshumanisantes qui mènent souvent à des remises en question de projets de vie élaborés sur les bases de la Loi de 2005 pour «l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées», qui avait suscité un élan et permis à de nombreuses personnes handicapées d’accéder à une vie digne et choisie, particulièrement avec la création de la Prestation de Compensation du Handicap (PCH).
Cette PCH est destinée à permettre la réalisation du « projet de vie » d’une personne. Elle est attribuée par la MDPH : Maison Départementale des Personnes handicapées sur la base des évaluations menées par des équipes pluridisciplinaires qui se réfèrent à un cadre législatif et réglementaire pour quantifier les aides attribuées.
Le guide
Dans un souci proclamé d’assurer des évaluations plus équitables sur l’ensemble du territoire, la CNSA a produit un nouveau guide à l’attention des équipes des MDPH.
Son contenu est très éloigné de l’esprit de la loi de 2005 et son application déshumanisante.
Objectifs de la revendication (Améliorer)
Avec nous, dites STOP! Signez et diffusez la pétition de la Coordination Handicap et Autonomie - Vie Autonome France pour le retrait du guide CNSA sur la PCH !!

La réalité est de faire porter le poids des coupes budgétaires sur les plus fragiles.
Il n'est plus question de projet vie et encore moins de vie, seuls les actes de survie sont pris en considération et « vivre » se résume à manger, boire, s’habiller, aller aux toilettes, dormir, etc.
De plus ces actes sont plafonnés sans cohérence ni pris en compte de la réalité.

Notons parmi les absurdités de cet inventaire à la Prévert qu’il est prévu d’aller aux toilettes 5 fois par jour maximum. Par contre vidanger la poche, le bassin ou l'urinal n’est prévu que 2 fois par jour (est-ce à dire que la personne doit réutiliser le bassin ou l'urinal non vidé ?) !

Les pouvoirs publics, la CNSA et les MDPH, en imposant un minutage ahurissant, vont réaliser le tour de force de transposer à domicile ce pourquoi les personnes en situation de handicap fuient les institutions !
Par l'introduction de minutages stupides et inappropriés, le guide remet sur le devant de la scène la notion de «MALTRAITANCE PASSIVE» telle que décrite en 2003 par Madame Boisseau, Secrétaire d’État chargée des personnes handicapées, et dont l’action a marqué le début des travaux de la loi de 2005.