Description
Le 13 mai 2016, Mr Ndi-Samba Joseph, alors hospitalisé au CHU de Yaoundé, est emballé alors qu’il est encore vivant, et conduit à la morgue de l’hôpital Général par une ambulance envoyée par le Chef de la police du Cameroun. Le corps est rejeté par la morgue parce qu’il est encore vivant et on exige son transfert aux urgences où il décède. Les fils alertés demandent une autopsie… Le Chef de la police avec la complicité des filles du défunt sur qui des soupçons pèsent (Mimboe Ndi-Samba Claire et Mbang Ndi-Samba Marie-Louise) enterre le père avec 600 policiers armés. On tire sur le premier fils Raymond Samba-Ndi qui est arrêté 2 fois et envoyé en prison.

Mimboe Ndi-Samba bloque un collège les 12-13/12 2016, violant la loi N°98/004 du 4 avril 1998. Tous les élèves sont hors des classes. Etende Ndi-Samba, le principal, et son frère Peyou Ndi-Samba, Inspecteur général, sont appelés pour les aider. Mimboe recrute 7 personnes qui rossent les vigiles. Elle appelle le SP du Chef de la police, son amant, et sa copine le commissaire central 4 Ekounou comme quoi elle a été rossée et on a détruit son mur. La police arrive, maltraite violemment ses frères et 7 vigiles, et les conduit en cellule. les familles alertées seront insultées. La police aidera Mimboe à rédiger une autre plainte pour vol. Etende Ndi-Samba est frappé à la tête. Le Chef de la police envoie les 9 personnes en prison en 24 heures au mépris des procédures légales. Les journalistes présents sont enfermés.
Objectifs de la revendication (Améliorer)
Revendications
-Alerter le Chef de l'Etat du Cameroun sur les bavures et les abus répétitifs occasionnés par le Chef de la police Mr Mbarga Nguélé (Délégué à la Sureté Nalionale ou DGSN).
- Plaider auprès du système judiciaire pour que les fils de Ndi-Samba et les 7 vigiles injustement enlevés, arrêtés et incarcérés (Etende Ndi-Samba Eric; Peyou Ndi-Samba Henri, Fague Justin, Bakonwe Alexis, Momnougui Elias, Ebo'o Jean Francis, Tchaptche Georges, Moudine François, Abena Fraçois Davier) soient libérés et qu’il s’assure que tous les citoyens respectent les procédures légales en vigueur, y compris le DGSN.
- Demander au DGSN d'arrêter ses trafics d'influence et de laisser la justice faire son travail de manière indépendante et juste.
- Demander au DGSN de permettre au Cameroun d'être un pays où les droits de l'homme sont respectés.
- Demander au DGSN d'arrêter les procédures illégales d'annexion des biens du défunt en utilisant ses dernières filles pour alimenter une destruction fratricide.
- Que tous les Responsables comme le DGSN qui commettent des abus et des crimes soient amenés devant la justice.