Supporter, Participer, Propager
Description
Au Burkina Faso, l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014 et la transition de 2015 ont été détournées de leur vocation première à savoir l’alternance générationnelle.
L'ancienne génération a fait main basse sur la victoire des jeunes générations et ainsi notre pays est maintenant dans l'immobilisme et plonge dans un marasme sociétal. Nous sommes dans l'impasse! En pleine désillusion et à la recherche du chemin perdu pour sortir de l'ornière, il nous fallait commencer par résoudre le plus simple: trouver une Boussole. Eh bien! la voici: LE YIANGDISME : théorie et principes d’une intelligence collective générationnelle pour l’avènement de la société burkinabé nouvelle. Un livre écrit en hommage à tous nos martyrs tombés pour notre salut; pour que leur sacrifice ne soit pas vain; pour que, en leur mémoire et pour l’intérêt national, se poursuive la lutte; pour rester debout jusqu’au bout du changement social ici Burkina, notre Faso!
Plus qu'un Livre, Le Yiangdisme est écrit pour servir de guide pour la réorientation et à la réorganisation citoyenne en vue de l’avènement de la société burkinabé nouvelle. C'est un rappel aux générations montantes, nouvelles et conscientes qu'il est inutile d'attendre le Burkina nouveau de l'ancienne génération qui est à la limite de ses possibilités. Le Burkina nouveau c'est nous, jeunes générations burkinabè . C'est un appel à une Alliance de la Nouvele Génération (A-N-Ge) du Burkina. L’échéance c’est 2020. Et ça commence maintenant
Objectifs de la revendication (Changer)
Réaliser l'alternance générationnelle et le renouvellement des acteurs et tenants du leadership national au niveau politique (pouvoir, opposition), au niveau de la société civile, voire au niveau de l'armée.
Pour ce faire, les jeunes générations doivent relever le pari de leur union sacrée en vue de :
- défendre les institutions républicaines et veiller au respect de l’état de droit ;
- exiger la vérité et la justice sur les crimes économiques et de sang afin qu’à travers le pardon et la réparation on puisse aboutir à la réconciliation nationale et à la cohésion sociale ;
- organiser et responsabiliser les jeunes générations autour d’une vision sociétale nouvelle pour prendre la relève et ouvrir les chantiers de la société burkinabè nouvelle.