Stratégie du plan d'action Respectons les enfants, interdisons les autorités de marier avant 18 ans

1. Respecter le droit à l'enfance en interdisant les autorités de marier les enfants. 
2. Informer la population de la faille dans la loi qui permet d'autoriser les mariages infantiles.
3. Encourager les témoignages publics

Encore 45 participations pour atteindre 750
Description

Voici ma réponse aux ministère de la justice du Québec. Bravo pour tous les efforts d'améliorer la situation délicate des mariages infantiles. Par contre, je ne comprends toujours pas la motivation à autoriser un mariage 16-17 ans en sachant que la maturité affective arrive plus tardivement. Je ne parle pas de son droit de travailler ni d'aller signer un bail si elle désire quitter l'environnement. La dérogation de parents est encore nécessaire pour plusieurs ces actes. Au moins à 18 ans, elle récupère ses droits mais pas avec un mariage.
L'aide social pour une mineure n'est pas pour elle non plus, à moins qu'elle soit enceinte et que les autorités ne fassent pas ce qu’ils ont fait pour moi. Donner le revenu familial au père avant le mariage. Ce qui totalement illégale. Quoi faire quand tout le système endosse le non-respect des besoins d’un enfant de 16 ans. Quels sont ses recours de protection à 16 et 17 ans si ce n'est que d'adhérer aux valeurs de son entourage par manque de ressources et pression de l'entourage. Les deux ans qui sont légalement déclarer mineur sont cruciaux dans le développement de ressources à tous les niveaux. Où est le garde-fou pour ses deux ans ?
Quelle est l'urgence d'une personne de s'immiscer dans cet acte. Je parle d'une personne autre que la concernée, car elle n'est pas autorisée à le faire avant ces 18 ans. Je me demande la place que les tribunaux lui accordent durant la démarche de dérogation de son état civil (mineur à majeur 24 mois à l'avance). Donc, n’existe plus aux yeux de la protection de la jeunesse. C’est un peu jeune pour se défendre sans aucune ressource. Pourquoi les tribunaux qui ne connaissent pas la dynamique de la famille et l'enfant, aurait l'autorité d'autoriser un mariage. Qu'elle est l'idée d'autorisée un consentement si elle n'a pas le pouvoir de consentir. A partir de 18 ans, ceci est une discussion qui n'a plus raison d'être, on se choisit un témoin. En ce qui concerne la loi, une personne prend une adresse civique au Canada, genre Ontario et voilà la loi Québécoise est contournée.
C'est simple, si c'est 18 ans pour elle, c'est 18 ans pour les autres aussi. C'est quand même sa vie qui est en jeu. Pourquoi les règles ne sont pas respectées. Je parle aux noms des enfants qui n'ont pas le droit de siéger sur ce petit discours qui changent leur statut de vie pour les intérêts de quelqu'un d'autre. C'est sûr, elle ne connaît pas encore sa valeur et ses intérêts. L'entourage à encore une grande influence sur elle. Donner lui une chance. C'est comme envoyer un chasseur au Zoo. C'est lorsque quelqu'un manifeste son désir vis à vis l'enfant que les négociations de mariage débutent. Si elle est mariée à 16 ans, les négociations ont débuté avant. Ce n’est pas une surprise, quand tu es rendu devant le juge, c'est peut-être une autre loi qui devrait s'appliquer mais le mariage cache tout ! Les gens ne sont pas au courant, il croit vraiment que c'est 18 ans les mariages et qu'il n'y a pas de dérogations. Tout le monde croit que c'est dans des pays sous-développés ou d'autres cultures. La loi le permet encore ici par des origines et valeurs catholiques. Nous ne sommes plus en 1940.

Si la loi existe, le coté moral de l'enfant est inexistant. La loi c'est la loi, on l'applique. La loi ne devrait pas avoir le droit de bafoué les droits de l'enfance. La loi ne devrait pas intervenir pour modifier un privilège fondamental à son épanouissement. La protection de la jeunesse devrait peut-être aller discuter avec le ministre de la justice, directeur de l'état civil ou ceux qui établissent les lois du code civil.

Il faut avoir vécu le processus pour comprendre le non-sens que la loi entretien en se gardant un droit qui ne lui appartient pas. Les gens qui décident des lois n'ont aucune idée de l'impact que cet possibilité a sur la vie d'une personne. Je ne diffuserai pas votre réponse mais la mienne sera diffusée.

Encore 5 participations pour atteindre 750
La pétition

Aux ministère de la justice des deux paliers gouvernementaux.

Les citoyens canadiens vous présentent cette pétition pour demander une clarification immédiate de la loi canadienne sur les mariages. La loi maritale contrevient à la loi de la protection de la jeunesse.

La loi, tel que nous la connaissons, autorise une autorité à s'approprier un droit à l'enfance sans qu'elle puisse avoir recours de se protéger.

Le Québec & le Canada devrait être clair en matière de droit à l'enfance, on ne parle pas de consentement lorsque l'enfant n'a pas encore le pouvoir de consentir émotionnellement et légalement. A 16 et 17 ans, le mariage à une fonction qui va à l'encontre de ses besoins fondamentales.

Nous demandons donc aux membres du Ministère de la Justice de :

Réviser la loi pour enlever le pouvoir à d'autres de modifier la loi par une dérogation. (Tribunaux au Québec et Parents au Canada). Ne plus permettre à personne d'obtenir un droit qui ne lui appartient pas. C'est 18 ans pour elle, c'est 18 ans pour tout le monde.

Pour une révision sur la loi mariage, signons cette pétition pour arrêter de légaliser cette forme d'abus modialement reconnue comme un problème.

Encore 3 participations pour atteindre 200
Description

Ce plan encourage les personnes à venir soutenir par leur témoignages, le bien fondé de protéger les enfants. Tous les corps de métiers qui s'occupent de développement s'entendent pour dire que la maturité n'est pas atteinte à 16 et 17 ans.

C'est un sujet très délicat. Mais si personne ne parle, l'abus continue régulièrement à se répéter car la loi le permet. Je me souviens d'une connaissance qui me racontait que le petit avait un visage d'ange et face enfoui sur le bras de sa mère qui signait les papiers de permettre de légaliser l'union d'un homme plus vieux. Personne ne pouvait intervenir car la loi n'autorise pas un jugement moral si c'est légal.

C'est des situations qui sont des actions silencieuses dans les couloirs et les maisons. Je regarde mon passé avec le constat d'avoir passé devant une multitude d'adulte sans que personne ne me pose de question ou intervienne. Vraiment la loi est un garde fou.

Voici une métaphore, une pression qui vient de l'extérieur pour briser un oeuf devient un omelette qu'on mange. (un objet utile). Une pression qui vient de l'intérieur pour briser un oeuf devient une vie, un poussin qui pourra refaire des oeufs. Les mois d'incubation sont important sur le mouvement de la vie. Ne la tuez pas dans l'oeuf.

Lorsque mariage est négocier en si bas age, ce n'est pas elle qui l'a initiée mais la personne qui a du désir pour l'enfant avec les autorités qui peut lui permettre d'obtenir l'objet de son désir. Tout se négocie, mais nous ne sommes plus à l'air de la dote pour sauver une famille. Du moins pas au Canada. Si les enfants entendent que c'est de la maltraitance, qu'ils ont des droits et qu'ils ont des ressources, il y a des chances que l'enfant fasse comme l'enfant de 10 ans en inde qui a été devant les tribuneaux pour faire annuler son mariage. Car oui l'enfant a du pouvoir mais il ne le sait pas encore. Parlez si vous pouvez faire une différence. Merci